La granda "reconciliabule"...

   N’i a que dison, que cal reconciliar lo pòble e las”Zélites”. E comprenon pas per de que, las elèits son pas aimadas. Per de que aquela ascladura ? Per de que aquel ressentiment ?

   Vau te lo dire per de que !

   Ieu, soi a la retirada. Aquesta anada, las elèits nos an escanat : « les pensions retraites » nos an raubat d’argent. Me diguèri, soi pas malairós, me cal participar a la bona marcha del país. Ieu pensavi, que tot lo monda faràn atal dins lo país. « Oui tout le monde participera à l’effort ». E mai que mai, las elèits, per donar lo bon exemple. Per donar la bona dralha.

   Avètz vist los “ députés diminuer leur standing” Non ! Res !

   Avètz vist los “parlementaires européens renoncer à leurs privilèges” Non ! Pas res !

   Avètz vist los « sénateurs diminuer leur régime de gavage ». Non encara res. Aqueles son engraissat coma des aucas, coma de piòtas. Cal agachar lo president del senat, cresi que va petar, es polit coma un porcelon.

   Avètz vist los sindicalistas, la bona vida. « On découvre leur train de vie dans les restaurants étoilés ».  Es pas polit ! Aquò se dits «la défense des travailleurs».

   Avètz vist lo nombre “ de vice-présidents des agglos? des communautés de communes ? ” Tot aqueles tòcan de sòus. Per de que far ?


    E ara, tot aquel monda, tomba de cuol. Comprenon pas que tot aquò tafuram. Per de que son pas aimats. An los dets dins nòstre pòt de confitura e son estonats que aquò nos agradam pas.
   Mèfi ! Cal se remembrar de «la nuit du 4 Août » Cresi que aquesta nuèit era « l’abolition des privilèges ». Mèfi ! Las « Zélites », cada anada se trapa una nuèit del 4 d'agost. I a de còps l'istòria pòt tornar.
   Bon ara vau cercar un tròs de fogassa salada e tanben un veiràs de rosat que fa bronzar. Cresi que las elèits, an pas encaran raubat tot aquò
  
                                L’Enric del Redondèl

   Certains disent, qu’il faut réconcilier le peuple et les “Zélites”. Ils ne comprennent pas pourquoi les élites sont mal aimées. Pourquoi cette fêlure ? Pourquoi ce mauvais ressenti ?

   Je vais te dire pourquoi !

   Moi, je suis à la retraite. Cette année les élites nous ont réduit les pensions. Ils nous ont prélevé de l’argent. Je ne suis pas malheureux. J’ai pensé que je devais participer à la bonne marche de notre pays. Je pensais que tout le monde ferait la même chose, que tout le monde participerait à l’effort. Surtout les élites, qui donneraient le bon exemple et nous montreraient le bon chemin.

   Avez-vous vu les députés diminuer leur standing ? Non, rien !

   Avez-vous vu les parlementaires européens renoncer à leurs privilèges ? Non, rien !

   Avez-vous vu les sénateurs diminuer leur régime de gavage ? Non, encore rien ! Ceux-là, ils sont engraissés comme des oies, comme des dindes. Regardez le président du sénat, je crois qu’il va éclater : il est beau comme un petit porcelet.

   Avez-vous vu les grands syndicalistes ? On découvre leur train de vie dans les restaurants étoilés. Ce n’est pas joli. C’est cela la défense des travailleurs ?

   Avez-vous vu le nombre de vice-présidents, des agglos ? des communautés de communes ? Ils touchent tous des sous. Pour faire quoi ?

   Et tout ce monde tombe des nues ! Ils ne comprennent pas pourquoi cela déplaît. Pourquoi ils ne sont pas aimés. Ils ont les doigts dans notre pot de confiture et sont étonnés que cela nous dérange.
   Attention ! Il faut se souvenir de la nuit du 4 août, la nuit de l’abolition des privilèges. Attention ! Les élites ! Il y a une nuit du 4 août tous les ans et l’histoire pourrait recommencer…

   Bon, maintenant, je vais chercher un morceau de fougasse salée avec un verre de rosé qui fait bronzer. Les élites ne les ont pas encore pris.

    A bientôt.

                                                    Henri du Redondel

Chroniques "LA FOGASSA SALADA" proposées par Henri et diffusées sur "RADIO LENGA D'OC"

Retrouvez cette radio en langue occitane sur   http://www.radiolengadoc.com/

Cronicas de L'Enric del Redondel