LA LESSIVE ou "bugade"

   Sur la page "Photographies d'Ernest Boulouys... scènes de la vie quotidienne... la lessive" des documents datant du début du XXème siècle ont été regroupés ... cliquez

   La lessive telle que les femmes l'effectuent en 1900  perdure jusqu'à  la  mise en place de  lavoirs publics, en béton. Ils sont placés près des fontaines, en différents points du village. Après la création du réseau de distribution d'eau (vers 1965), les premières machines à laver apparaissent.

   L'opération se divise en plusieurs étapes :

    - faire bouillir le linge sale avec la lessive. Cela peut se réaliser dans de grandes cuves pour des volumes de linge importants ou, pour des quantités plus faibles, dans une lessiveuse. Cet ingénieux récipient en tôle galvanisée, inventé au XIXème, assure la circulation de l'eau bouillante grâce à un double fond et une cheminée centrale. Celle-ci remonte l'eau très chaude vers un champignon qui arrose le linge (photo 1) ;

   -  éliminer les taches restantes  avec une brosse en chiendent, sur une planche à laver, posée dans un baquet (photos 2  - Yvette Rivière à Taillevent en 1953 - et 3) ;

   - rincer le linge pour éliminer la lessive. A Lunas, les lavandières le font dans les cours d'eau (photos 4 et 5 - Yvette et Josette Rivière à Taillevent ), agenouillées sur l'herbe, les galets de la rive ou dans une caisse en bois (garnie de chiffons ou de paille).

   Le linge se transporte sur une brouette ou dans une corbeille d'osier à armatures en châtaignier (fabrication maison ou locale)...  (photos 7 - Edmond Rivière - et 7 - Paule Rivière - )

   Les plus grosses pièces peuvent nécessiter l'emploi d'un battoir en bois (photo 6) qui, manié vigoureusement, extrait le reste d'eau.

   Rincé, essoré, égoutté sur des tréteaux, reste à le sécher. Il peut également être mis à blanchir, étalé sur les pierres des rives du ruisseau (photo 9).

1      2    3     4        

5           6             7                 8
  9

Draps mis à blanchir sur la rive du Gravezon (photographie d'Ernest Boulouys de 1899, année de la plantation des platanes)

Crédit photos : 1 - « M0354 1951-77-029 2 » par MONNIN Jacques, collections des Musées de la Haute-Saône  /  2, 4, 5, 7 et 8 - archives familiales Annie Jankowski /  3 - panche à laver (collection N et R Guiraud) / 6 - battoir : L.Osouf (collection J. Borie) / 9 - cpa Maury éditeur

Le petit patrimoine de Lunas